C’est le plus simple. Vous avez une base de meuble et il vous suffit d’y clouer, visser ou coller les palettes par dessus. Il faut simplement s’assurer de choisir des palettes de même épaisseur pour chaque rangée. Ce type de création est parfait pour utiliser des chutes de palettes restant des meubles ou de planches brisées lors du désassemblage. Et oui, on peut même recycler le recyclage (on a d’ailleurs réutiliser les clous) ! Pour un effet plus sympa, on choisira de les disposer en quinconce, comme pour un mur de briques.

A quoi ça sert ? A créer des interfaces tactiles, jeux en 3D, petits robots, exosquelettes, imprimantes thermiques, des vitrines interactives réagissant aux mouvements des passants, systèmes permettant d’alerter les clients de ce que vient de cuire un boulanger, robots serveurs dotés de capteurs afin d’ajuster le volume d’alcool à servir au taux d’alcoolémie des clients, des chapeaux interactifs vous punissant si vous ne souriez pas ou inspirés du casque des Daft Punk, un jeu vidéo permettant de contrôler une vraie petite voiture sur un vrai circuit…


Une chose à garder à l'esprit dans le début , c'est qu'il est bon de commencer par des plans simples de bricolage bois où vous pouvez utiliser les outils à main pour achever le projet . Vous devez apprendre à gérer les outils à main avant de commencer à utiliser des outils plus lourds . Il est très important pour votre sécurité que vous en apprendre beaucoup sur le métier du bois avant de commencer à utiliser des outils plus lourds .

La troisième chose à comprendre, c'est la taille que vous souhaitez que votre hangar à bois de l'être. Cela dépend de ce que vous aimeriez l'utiliser pour . Il a besoin d'être grand si vous voulez beaucoup de chiots à jouer là, mais il n'a pas à être aussi grand si vous voulez juste de mettre votre matériel de golf là-bas. Il sera assez facile de comprendre cela quand on sait ce que l'objectif de votre nouveau hangar à bois a .
Ça fait déjà plusieurs années que je fabrique des meubles en autodidacte. La raison pour laquelle je me suis mise au bricolage, c’est parce que je conçois du mobilier qui n’existe pas dans le commerce. Tout d’abord, parce que j’aime répondre avec exactitude à MES problématiques, celles de mes enfants, ou à celles de mes clients. Par ailleurs, parce que je ne supporterais pas de vivre dans un show-room de kit industriel fabriqué aux 4 coins de la planète. J’aime que l’environnement que je crée ait un sens.
Vous pouvez toujours vous abonner à un magazine du bois si vous voulez essayer une autre alternative . Les plans de bricolage bois qui peuvent être trouvés dans les magazines sont la plupart du temps précis et facile à suivre et vous aurez très probablement obtenir d'excellents résultats si vous restez sur le plan . Les inconvénients avec des magazines est le prix . Vous aurez à payer davantage pour obtenir des plans de bricolage bois d'un magazine que si vous chercher sur le net . Il est beaucoup plus facile d'utiliser le net, mais vous devez garder vos yeux ouverts et regarder avec un œil critique avant de commencer à suivre un plan .
Notre lit est fixe et ne nécessite pas de structure particulière. Nous avons choisi de mettre en place un système de rangements en tiroirs aux pieds du lit, et de laisser un grand coffre pour les affaires que nous n’avons pas besoin d’utiliser tous les jours. Une erreur que nous voyons souvent et que nous avons failli faire est la création d’un lit dans la largeur. Ne le faites QUE si vous avez plusieurs centimètres d’écart à vos pieds et au niveau de votre tête. Un lit en largeur trop petit deviendra vite invivable…
A première vue, en entrant, cela ressemble à un garage tout à fait classique : des voitures au capot ouvert, montées sur des ponts, des odeurs d’huiles et d’essence, des mécanos travaillant sur ou sous les véhicules. Sauf que ces mécanos là sont en fait les clients de Thierry, qui passe d’une voiture à l’autre pour distiller ses conseils, tendre le bon outil, et donner un coup de main.
Mais il faut bien l’avouer : question conception / optimisation d’espace, je sais faire, mais question bricolage, mon niveau technique est proche de zéro. Je scie, je visse, je colle, mais je n’ai pas forcément les bons outils, les bonnes techniques, et je m’agace souvent. Au final j’arrive toujours à être satisfaite, mais avouons-le, quand les outils sont entre mes mains, ça tient presque du miracle (Si, si ! c’est MOI qui ai fabriqué cette cuisine-dinette pour ma fille ! Question conception elle est au top ! Mais alors question méthode de construction, c’est pas toujours très orthodoxe !)
La communauté des makers qui propose toutes ces inventions, innovations et produits en open source est en pleine expansion. Plusieurs plateformes proposent de réunir des créations dans l’ameublement, le bricolage et le jardinage, mais aussi dans l’alimentation, la technologie ou encore l’habillement. Avec de la patience et surtout beaucoup de passion, nous pouvons tous devenir acteur de la création de nos biens de consommation. La co-création et l’open source est l’avenir de la personnalisation et de la volonté d’exprimer son unicité à travers son environnement, son lieu de vie et ses activités. Derrière ce mouvement se retrouve des problématiques de bien être, de réappropriation de son espace mais aussi de partage de connaissances. Ces différentes plateformes proposent aussi de trouver des ateliers et FabLab pour ceux qui n’ont pas l’espace pour créer :
Et ça n’a pas loupé, car à peine arrivées nous faisons la connaissance de Jean et Adélaïde, un couple de jeunes mariés fraichement débarqués du pays basque, avec un esprit créatif débordant ! En fait, j’appréhendais un peu la rencontre de nouveaux volontaires à la maison. Ne plus se sentir chez soi, ne plus avoir d’espace, ne pas s’entendre avec eux.

Eux aussi ont tant aimé le projet de la Tortuga Azul, qu’ils sont revenus nous voir après leur propre petit séjour en dehors de l’île ! C’est une île magique ;). Tellement magique que j’ai même eu le grand plaisir d’y retrouver mes amis du blog En plein ère, dont je vous ai déjà raconté le projet de voyage alternatif. Le monde du voyage est petit !


C'est la scie circulaire qu'il est recommandé d'avoir ensuite. Une scie circulaire coupe bien plus vite qu'une scie sauteuse et il est plus facile de réaliser une coupe plus droite et plus propre avec elle. C'est aussi un outil très utile pour découper de grandes planches de contreplaqué, même si vous avez déjà une scie sous table. À ce moment, vous disposez de suffisamment d'outils pour quelques projets simples comme cette table ou pour des étagères de rangement.
Je ne peux pas en dire de même d'une scie sous table. Les scies sous table les moins chères que vous trouverez à moins de 200 $ ont tendance à être redoutables et ne pourront jamais produire une belle coupe propre. Les scies sous table de bonne qualité sont bien meilleures mais coûtent autant que les scies de chantier. Une scie de chantier est le type de scie sous table dont le moteur est à l'arrière et ouverte en dessous. Elles ont tendance à être en fonte et d'un bon rapport qualité prix. Les scies hybrides deviennent aussi populaires. Elles sont essentiellement construites comme des scies de chantier, mais avec le moteur dans une armoire, comme une scie de menuisier. Elles sont beaucoup moins chères que les scies à format sans être aussi lourdes. La table qui se trouve ici à gauche est ma première scie sous table, scie de chantier vieille de 40 ans que j'ai installée sur un meuble pour recueillir la sciure. J'utilise désormais une scie sous table hybride.
Arduino, utilisé par des milliers d’artistes, ingénieurs, designers et passionnés désireux de créer des objets ou environnements interactifs, indépendants, reliés à des capteurs ou des ordinateurs, est probablement le projet le plus avancé, c’est en tout cas le plus vendu (plus de 100 000 unités – à partir de 20$), et cloné, entraînant également un certain nombre de projets dérivés permettant d’y interfacer de la musique, une connexion internet ou encore un signal GPS.
Dans le Top 40 des projets Arduino compilé par HacknMod, on trouve aussi toutes sortes d’objets truffés de Leds, un capteur de pollution, une pédale « low teck » pour guitare électrique, un piano de poche, un robot qui lit votre fil RSS, une machine à café contrôlée par Wiimote, des drônes et voitures télécommandées, une harpe laser (voir aussi cette liste de projets sur le site d’Arduino).

Notre lit est fixe et ne nécessite pas de structure particulière. Nous avons choisi de mettre en place un système de rangements en tiroirs aux pieds du lit, et de laisser un grand coffre pour les affaires que nous n’avons pas besoin d’utiliser tous les jours. Une erreur que nous voyons souvent et que nous avons failli faire est la création d’un lit dans la largeur. Ne le faites QUE si vous avez plusieurs centimètres d’écart à vos pieds et au niveau de votre tête. Un lit en largeur trop petit deviendra vite invivable…
Au cours de la journée, l’association Répar’toi-même sera présente pour accompagner le public dans la réparation de petits ménagers et de cycles. L’atelier couture du centre socioculturel partagera son savoir-faire et montrera comment réaliser avec des chutes de tissus sacs de courses et lingettes réutilisables. Des membres de la Croix-Rouge présenteront le mode de fonctionnement des vesti-boutiques. La médiathèque dévoilera quelques produits ménagers maison testés par elle.

De nombreux supermarchés et autres magasins recevant régulièrement de la marchandise, acceptent de donner gratuitement les palettes de bois servant à acheminer leurs livraisons. Toutefois, certaines entreprises utilisent des palettes consignées qu’elles ont obligation de conserver. Dans les zones commerciales, près des magasins de bricolage ou de meubles, elles sont parfois entreposées à l’extérieur et rien n’interdit de se servir.


On a coutume de décrire les créateurs de startups sous le forme de jeunes geeks équipés de portables, dans une chambre d’étudiant ou un garage. L’image vaut aussi aujourd’hui pour ceux qui vont bouleverser l’industrie, la création et la distribution de produits physiques. Des machines industrielles qui coûtaient auparavant plusieurs centaines de milliers de dollars peuvent aujourd’hui être achetées pour quelques milliers, voire fabriquées pour quelques centaines seulement.
Les deux derniers exemples sont choisis à dessein : d’aucuns les considéreront (avec raison) comme de mauvais goût. Mais là n’est pas la question : ces objets modifiés, augmentés, hackés, détournés, l’ont été parce que les bidouilleurs en avaient besoin, mieux : parce qu’ils en avaient envie, et que ça leur faisait plaisir, même si ça ne sert à rien. Leurs bidouilles ne relèvent pas tant de l’économie de marché (même si tous ces objets ont un coût) que d’une volonté d’indépendance, et de s’amuser.
Grâce à Polyboard, nous avons géré tout le côté usinage et placage des chants en 3 jours, avec seulement 2 hommes, puis 2 jours pour peindre au pistolet et palettiser en vue de la livraison. Rajoutons à cela l’étiquetage des panneaux et les vues éclatées de schémas d’assemblage correspondantes; la tâche aurait été colossale sans Polyboard. Autant dire que nous sommes vraiment ravis.

Personnellement, j’ai découvert : le jeu de chasse-clou (très utile quand on démonte les palettes, ou pour faciliter la pose de clous très étroits), la scie à araser (pour faire des découpes précises et scier des tourillons qui dépassent d’une planche),  et le kit de perçage pour les vis biaises (un guide génial pour réussir à visser de manière invisible ! J’en avais déjà entendu parler, mais sans jamais avoir sauté le pas de m’équiper.)

Les menuiseries, autrefois polyvalentes, se sont spécialisées au fil des dernières décennies, se dédiant à la menuiserie extérieure (fenêtre, porte, mur rideau), à l’aménagement intérieur (menuiserie intérieure, escalier...) et à l’agencement, ou encore à l’ameublement (ébénisterie). Pour tous ces métiers, l’utilisation de machines à commande numérique va croissante. Les machines-outils se sont numérisées. Sont présents sur le site Les Bons Plans du Bois en neuf et en occasion: scies, perceuses, raboteuses-dégauchisseuses, quatre faces, corroyeuses, défonceuses, toupies, tours à bois, tennoneuses, fraiseuses, mortaiseuses, moulurières, etc, et les combinés.


La mélamine, c’est une résine thermodurcissable, appréciée des industriels pour ses propriétés de dureté exceptionnelle et de résistance aux chocs, à l’abrasion, à la lumière et à la chaleur. C’est le succès du “Formica”  dans les années 50. Cette même mélamine est aussi très utilisée pour la vaisselle bébé et camping, et commence aujourd’hui à être décriée par les professionnels de santé.

Ce design vous donne toutes les fonctions nécessaires dans un pied d’ordinateur portable : meilleure ergonomie, légèreté, portabilité et dissipation thermique. Il va supporter n’importe quel ordinateur portable, et a même un slot de stockage de clavier. Mais la meilleure partie ? Vous pouvez le faire en moins d’une heure avec seulement une scie sauteuse. ​Cliquez ici pour les plans complets et un modèle de découpe téléchargeable.
Gain de temps! Ce site permet d'économiser les propriétaires et les personnes menuisiers beaucoup de temps de bricolage. Le plus grand avantage d'être un membre est de ne pas avoir à chercher de longues heures pour les projets de bois et des plans de bois. Je sais qu'il y a des gars qui passent des heures interminables à rechercher de plans de bois quand tout ce qu'ils ont à faire est de rejoindre, et les plans de travail du bois sont à votre porté.
Le phénomène commence d’ailleurs à se structurer, y compris d’un point de vue théorique, avec notamment la rédaction d’une définition de ce que peut et doit être un « matériel libre » (Open Source Hardware, en VO). Les projets, tout comme les objets, ne sont pas tous stricto sensu « open source« , mais la quasi-totalité proposent un mode d’emploi permettant de les refabriquer, et de plus en plus nombreux sont ceux qui partagent toutes les sources, schémas, firmware, logiciels, nomenclatures, listes de pièces, dessins, manuels et modes d’emploi de sorte que tout un chacun puisse les recréer, voir en commercialiser des projets dérivés, à la manière des logiciels libres et open source.
Tout cela reste encore un peu technique, mais c’était aussi ce que l’on disait, dans les années 90, quand des myriades d’internautes ont commencé à créer leurs propres sites web, sans formation ni école, mais en bidouillant à partir de ce que les autres avaient fait. La question reste de savoir si, tout comme on est passé du langage HTML 1.0 aux technologies et usages du web 2.0, le DIY dépassera le seul stade de la « bidouille » pour accéder au grand public et permettre aux gens de se réapproprier les objets, de les améliorer, de les partager aussi.
Ce tutoriel proposé par “Maison-Construction.com” décrit les étapes de fabrication d’un bain de soleil à dossier inclinable, constitué de plusieurs palettes de formes et d’épaisseurs différentes. Des lattes, récupérées sur un ancien sommier, sont intercalés entre les planches des palettes. Vous trouvez d'autres tutoriels dans l'article dédié aux fauteuils en palette.
A l’ère de la bidouillabilité, définie par Tristan Nitot comme la « capacité – pour un objet technique ou un outil – à être détourné de sa fonction première en vue d’essayer de lui trouver de nouveaux usages« , la profusion de projets, et d’objets, issus de la culture DIY, et des valeurs des hackers, dessine un Nouveau Monde où, à la manière des transformations à l’oeuvre dans le web 2.0, de nouveaux modèles économiques émergent, et qui reposent, non pas sur la « vente » d’un produit, mais sur la « participation » à son élaboration, création, fabrication, modification…
Notons que parmi toutes nos formules -exceptions comprises- «vous-même», «toi-même», etc. s'écriront toujours avec un trait d'union. Mais attention! Lorsque «même» ne se rapportera plus à un pronom mais au nom ou adverbe qui le précède, on oubliera le trait d'union. Exemple: «C'est ici même que nous avons essuyé nos premiers pots cassés», «C'est dans cet immeuble même que j'ai grandi».
Trois règles très précises nous éviteront d'écrire l'expression de façon hasardeuse. Retenons tout d'abord que lorsque le terme «même» se retrouve placé après un pronom personnel (moi, toi,...), ce dernier devient un adjectif. Il doit donc s'accorder en nombre avec le pronom qu'il qualifie. Exemple: «moi-même», «eux-mêmes». Toutefois -et c'est là le hic!- avec les pronoms «nous» et vous», la langue française nous réserve quelques subtilités.
Personnellement, j’ai découvert : le jeu de chasse-clou (très utile quand on démonte les palettes, ou pour faciliter la pose de clous très étroits), la scie à araser (pour faire des découpes précises et scier des tourillons qui dépassent d’une planche),  et le kit de perçage pour les vis biaises (un guide génial pour réussir à visser de manière invisible ! J’en avais déjà entendu parler, mais sans jamais avoir sauté le pas de m’équiper.)
Cette façon de créer, en réseau, en partageant avec les autres méthodes, schémas et réalisations, sur le modèle des logiciels libres et open source (voir La cathédrale et le bazar), procèdent aussi de cette démocratisation de l’innovation évoquée par Eric von Hippel, pour qui « il y a 2 à 3 fois plus d’innovations de la part des consommateurs qu’il n’y en a dans l’industrie« .
Tout est faisable, ou presque, avec les bons outils et les conseils avisés du maître des lieux. « Cela dépend aussi du client. Quand un nouveau arrive, je jauge son habileté. J’arrive à savoir assez rapidement s’il sait se servir de ses mains, s’il s’y connait un peu, ou pas du tout. En fonction de ça, je le laisserai faire certaines choses, et d’autres non. »
Faire ses propres meubles est le meilleur moyen d’en contrôler la qualité et d’avoir un meuble sur-mesure à faible budget. Vous ne voulez plus être l’énième bricoleur du dimanche et vous souhaitez enfin réaliser des créations qui dépassent le rafistolage et le système D ? Alors n’attendez plus et transformez votre habitat pour enfin vous sentir chez vous !
×