Les outils fixes les plus utiles sont une perceuse à colonne et une scie sous table. Pendant longtemps, je ne disposais que d'une vieille scie de chantier bon marché et d'une très petite perceuse à colonne, mais je faisais avec. Il est préférable, étant donné l'usage que vous en ferez, de ne pas attendre d'avoir le budget pour vous procurer la machine idéale. Un budget raisonnable fera l'affaire.
Ça fait déjà plusieurs années que je fabrique des meubles en autodidacte. La raison pour laquelle je me suis mise au bricolage, c’est parce que je conçois du mobilier qui n’existe pas dans le commerce. Tout d’abord, parce que j’aime répondre avec exactitude à MES problématiques, celles de mes enfants, ou à celles de mes clients. Par ailleurs, parce que je ne supporterais pas de vivre dans un show-room de kit industriel fabriqué aux 4 coins de la planète. J’aime que l’environnement que je crée ait un sens.

Une scie à ruban est également très pratique. Sa coupe est plus propre qu'une scie sauteuse, mais peut-être un des plus grands avantages d'une scie à ruban est la commodité. C'est mon outil de prédilection pour dégrossir. Je l'utilise également pour la découpe de longs bouts de courtes pièces pour les adapter au bac à rebuts. Je l'utilise vraiment souvent. En fait, j'ai acheté ma scie à ruban avant d'avoir acheté une scie sous table - j'ai vu une promotion à une foire à l'outillage, et je savais que j'allais par la suite en acquérir une, j'ai alors sauté sur l'occasion. C'était avant que je construise ma propre machine.
Une bonne chose à savoir à propos d'une scie à ruban est qu'elle n'est pas effrayante à utiliser. Bien sûr, une scie à ruban peut couper vos doigts, mais d'une manière suffisamment lente pour que vous puissiez les retirer avant qu'elle ne vous fasse une blessure grave. J'ai coupé mon pouce avec une scie à ruban, une fois quand j'étais enfant. Je l'ai retiré dès que je l'ai senti et la coupure n'était même pas assez profonde pour justifier un pansement. Donc, si la scie sous table vous fait peur, préférez d'abord vous procurer une scie à ruban.
Notons que parmi toutes nos formules -exceptions comprises- «vous-même», «toi-même», etc. s'écriront toujours avec un trait d'union. Mais attention! Lorsque «même» ne se rapportera plus à un pronom mais au nom ou adverbe qui le précède, on oubliera le trait d'union. Exemple: «C'est ici même que nous avons essuyé nos premiers pots cassés», «C'est dans cet immeuble même que j'ai grandi».
Les deux derniers exemples sont choisis à dessein : d’aucuns les considéreront (avec raison) comme de mauvais goût. Mais là n’est pas la question : ces objets modifiés, augmentés, hackés, détournés, l’ont été parce que les bidouilleurs en avaient besoin, mieux : parce qu’ils en avaient envie, et que ça leur faisait plaisir, même si ça ne sert à rien. Leurs bidouilles ne relèvent pas tant de l’économie de marché (même si tous ces objets ont un coût) que d’une volonté d’indépendance, et de s’amuser.
Vous imprimez les plans à la bonne dimension et avec une scie sauteuse, vous pourrez réaliser une belle découpe avec un très bon niveau de finition. En lieu et place du cuir, on vous propose d’utiliser soit de la toile de jute pour l’été, soit un tartan pour donner un aspect rétro. On ajoute des œillets aux différents trous dans le tissus pour le renforcer. On fini l’assemblage avec du cordage en lieu et place des chevilles en plastique.
La communauté des makers qui propose toutes ces inventions, innovations et produits en open source est en pleine expansion. Plusieurs plateformes proposent de réunir des créations dans l’ameublement, le bricolage et le jardinage, mais aussi dans l’alimentation, la technologie ou encore l’habillement. Avec de la patience et surtout beaucoup de passion, nous pouvons tous devenir acteur de la création de nos biens de consommation. La co-création et l’open source est l’avenir de la personnalisation et de la volonté d’exprimer son unicité à travers son environnement, son lieu de vie et ses activités. Derrière ce mouvement se retrouve des problématiques de bien être, de réappropriation de son espace mais aussi de partage de connaissances. Ces différentes plateformes proposent aussi de trouver des ateliers et FabLab pour ceux qui n’ont pas l’espace pour créer :

« Pour une vidange ? Oui, pas de problème, j’ai une place à 15 heures. Le matériel est loué 20 euros de l’heure. On peut vous vendre de l’huile, mais si vous passez par une grande surface, achetez la plutôt avant de venir, ça vous coûtera moins cher. » Ce n’est pas un sympathique employé qui me parle, mais le patron lui-même – qui est d’ailleurs le seul employé de l’entreprise. Thierry Bassalair (« il manque juste le « e » à la fin… ») n’est pas de ceux qui courent sans vergogne après le profit. Et c’est d’ailleurs ce qui l’a poussé à ouvrir, en février 2012, son propre garage, dont le nom résume le concept : le garage « Faites-le vous même ». Ici, les clients manient eux-mêmes les clés à molette et mettent les mains dans le cambouis.

Babozor, dans sa Grotte du Barbu, contribue lui aussi à démocratiser le phénomène, expliquant que l’on peut tout hacker, du métro parisien au vieux PC , transformé en BarBQ grâce à un caddie de supermarché, et qui passe allègrement des nouvelles technologies au kitchen hacking, pour faire de la bière, un gâteau au chocolat sans four et de la crème au beurre à la perceuse…


On peut aussi trouver des modes d’emploi pour se fabriquer des vélos en bois, en bambou, électriques ou dotés d’un sidecar, une machine à laver open source fonctionnant à l’énergie solaire, une maison faite avec 6 millions de bouteilles vides (en 19 ans), des prothèses open source, et même un restaurant open source, lancé au début du mois de juillet afin de « digérer la culture libre de l’internet« , et qui a été pensé, fabriqué et lancé à partir de modes d’emploi disponibles sur instructables.com, l’un des sites de référence de la culture DIY, avec make :, ou Thingiverse.

A quoi servent-elles ? A créer des petites pièces en plastique, coques ou socles d’iphone, briques et roues de légo, circuits électroniques personnalisés, bracelets, petits jouets ou personnages, pièges à souris (qui ne tuent pas les souris), toutes sortes de petits gâteaux ou chocolats (voir la galerie de Fab@Home), et même des auto-portraits en 3D…
Une bonne chose à savoir à propos d'une scie à ruban est qu'elle n'est pas effrayante à utiliser. Bien sûr, une scie à ruban peut couper vos doigts, mais d'une manière suffisamment lente pour que vous puissiez les retirer avant qu'elle ne vous fasse une blessure grave. J'ai coupé mon pouce avec une scie à ruban, une fois quand j'étais enfant. Je l'ai retiré dès que je l'ai senti et la coupure n'était même pas assez profonde pour justifier un pansement. Donc, si la scie sous table vous fait peur, préférez d'abord vous procurer une scie à ruban.
Cette façon de créer, en réseau, en partageant avec les autres méthodes, schémas et réalisations, sur le modèle des logiciels libres et open source (voir La cathédrale et le bazar), procèdent aussi de cette démocratisation de l’innovation évoquée par Eric von Hippel, pour qui « il y a 2 à 3 fois plus d’innovations de la part des consommateurs qu’il n’y en a dans l’industrie« .
ACHETER UN FOURGON D'OCCASION AMÉNAGER SON FOURGON ASSURER SON FOURGON AMÉNAGÉ ASTUCES AUTONOMIE AVENTURE BUDGET AMÉNAGEMENT CAMPING SAUVAGE CHIEN EN DIRECT DU CHANTIER FABRICATION DE PRODUITS MAISON HABILLAGE HOMOLOGATION ISOLATION JOURNAL MENUISERIE MINIMALISME OÙ CAMPER PAYS CHAUD PAYS FROID RECETTES TRAVAIL ET VOYAGE UN WEEKEND À VANLIFE ÉCONOMIES ÉQUIPER SON FOURGON
À l'aide d'instructions simples, d'illustrations claires et de photos en couleurs, ce guide vous fournit des plans pour réaliser un éventail de meubles et d'objets en bois. Depuis les constructions de base jusqu'aux accessoires décoratifs, certains de ces projets se réalisent en une heure ou deux, tandis que d'autres peuvent prendre un week-end. Cet ouvrage contient aussi des sections sur les matériaux et les techniques pour vous aider à choisir le bois et la quincaillerie appropriés.
Après la visite de l'un des meilleurs sites de plans de bois, nous avons décidé d'écrire une critique sur Ted’s Woodworking afin de laisser les menuisiers, les propriétaires, ou toute personne DIY savoir ce que nous avons trouvé dans l’espace membre du site. Une personne devrait être en mesure d'utiliser cette critique pour acquérir des connaissances sur ce site des plans de travail du bois et de décider s’il peut bénéficier vous et votre vie.

Il n'y a qu'un seul inconvénient que nous avons pu trouver et c’est qu’avec 16.000 plans menuiserie, vous allez remarquer que quelques plans semblent un peu désorganisés mais cela est compréhensible car il est très difficile de placer tous ces plans dans leurs catégories appropriées. Deuxièmement, il pourrait vous prendre un peu plus de temps pour faire les téléchargements en raison de leur taille. Mais l’espace membre inclue une option qui vous permet de les recevoir sur DVD afin que vous puissiez gagner du temps sur le téléchargement.
×